Walanta. (version résumé)

Bienvenue sur le site de Walanta
Walanta vient du bambara, une langue parlée au Mali, et il signifie "Rentrée scolaire".
Nous voulons que les adolescents et les jeunes adultes à Tombouctou, avec peu ou pas d’études, retournent à l'école pour apprendre un métier, la formation professionnelle est nécessaire afin qu'ils puissent développer et viennent à croire à eux-mêmes.
Beaucoup de filles et de garçons ont jamais appris à lire ni écrire, parce qu'ils ont dû aider avec les travaux de ménages de la famille ou ont dû à travailler sur les champs ou à garder les chèvres. Et s'ils sont vraiment allés à l’école, ils abandonnaient souvent l’école pour la même raison.  Au Mali, si on appartient à la catégorie «non qualifiés» ou «décrocheurs» , on n'as pas de perspectives, car « une école de la seconde chance» n'existe pas. Par conséquent, ces jeunes ont rien. Pas de travail, ni d'argent, ni de compétences technique. Ces compétences nous les enseignent.
 
Qui sommes-nous?
L'idée de la fondation est venue à un de mes voyages au Mali.
Mon nom est Janka de Vries et je suis allée pour la première fois au Mali en 2004. Ce n'était pas le seul voyage, parce que j'ai été touchée par le Mali, le pays, le dynamisme, les couleurs, l'hospitalité, les gens, leur estime de soi et surtout leur optimisme presque indestructible, même dans les circonstances les plus difficiles. Mohamed ag Hamid m'a demandé s’il serait possible de construire un Centre de Formation Professionnelle à Tombouctou . Mohamed est le président de « l’Association Taflist", une association qui est engagée à la formation de jeunes défavorisés à Tombouctou. Taflist vient du Tamasheq, la langue parlée par le Touareg. Cela signifie la promesse, l'accord, le contrat et l'engagement. Après que l'Association Taflist a été reconnue par l'état Malien, nous avons décidé de coopérer et la Fondation Walanta a été fondée aux Pays-Bas. Mohamed Ag Hamid est le président de Taflist et il est notre interlocuteur et le superviseur du projet en Tombouctou. Par la profession il est un orfèvre et il enseigne des jeunes dans son studio.

Que voulons-nous ?
Un enseignement professionnel de grande qualité et durable pour des jeunes désavantagés et exclus. Cette formation professionnelle les enseignera de nouvelles techniques avec le matériel modern en combinaison avec des techniques et des compétences de leur propre culture et traditions. Ce lien avec leur identité culturelle qu'ils ne doivent pas perdre, parce que c'est la base de leur existence. Prenant en compte leurs capacités et talents la jeunesse obtiendra la théorie et la pratique dans la profession de leur choix.
Quelles professions et compétences?
- Ouvrier du bâtiment (maçon, menuisier, électricien)
- Forgeage (outils pour l'agriculture et les terres arables) et orfèvres
- Entretien Ouvrier métallurgiste, auto et moto.
- Maroquinerie (pour les selles, chaussures, sacs, coussins)
- Couture ( les techniques de couture et de tissus, le tissage pour les vêtements, linge de maison, tentures murales, etc)
De plus, les étudiants doivent faire les cours de la lecture, l'écriture, l'arithmétique, la comptabilité, l'installation d'une petite entreprise, l'informatique, le français, l'anglais, des compétences personnelles et sociales.
 
Où?
À Tombouctou. Tombouctou est située à la pointe sud du Sahara, dans le nord du Mali et la ville a une population d’environ 55.000 personnes.
Le Centre de Formation professionnelle sera placé dans le quartier Abaradjou, le quartier le plus peuplé de la ville avec environ 7900 habitants de qoui quelques 2.500 personnes âgés de 15-29 ans.
 
Pour qui?
Pour des filles et garçons - à l'âge de 14-23 ans. Les jeunes qui ont à peine pu aller à l'école, mais, comme tout d'autres, rêvent d'un meilleur avenir. Des rêves d'avoir un travail ou un entreprise.  Pour ce groupe de devenir indépendant et des entrepreneurs, il est important d'instruire et former leurs parents aussi. Offrant les parents l'occasion de se développer et d’être indépendant et orienté vers le résultat, ils ne se sentiront pas subordonnés vers leurs enfants.
 
Pourquoi ?
- Enseigner des filles et les femmes à qui ils ont droit à l'égalité des chances et qu'eux-mêmes ils doivent assurer pour obtenir ces occasions (sans forcer nos valeurs occidentales sur eux)
 - Pour offrir à tous les jeunes l'occasion d'atteindre leurs buts, pour développer leurs compétences et talents et leur donner la confiance en leurs propres capacités
- Faire convaincre qu'ils comptent vraiment et faire stimuler leur ambition
- Pour assurer qu'ils sont indépendants et indépendants
EN COURT : - Pour les faire comprennent qu'ils ont le contrôle de leurs vies, leur travail et leur avenir et qu'eux-mêmes ils sont "l'architecte" de leurs vies.
 
Comment ?
Particulièrement en ne prescrivant pas les gens en Tombouctou ce qu'ils devraient faire. Nous ne croyons absolument pas en vue démodée que le payeur est le déterminant. Walanta est convaincu que les gens du pays savent le mieux que faire. Ils savent exactement ce qu'ils veulent, ils connaissent la situation là, ils savent les valeurs, parlent la langue, ont les contacts, des rapports et des réseaux. Ils prennent note ce qui est nécessaire et développent les plans, des propositions et des idées. Et comment ils pensent pour supporter et maintenir et entretenir. Ils devraient assurer la continuité et la durabilité. Leur apport et leur participation et engagement pratique réelle fournissent les meilleurs résultats de projet. Nous consultons et supportons, déterminons si leurs plans peuvent être exécutés financièrement et fournir ensuite la collecte de fonds et la promotion.
 
Cela fonctionne ?
Oui, cela marche : Parce que Walanta a la confiance aux gens de Tombouctou et croyons qu’ ils effectueront le projet et parce que nous sommes convaincus qu'ils le peuvent. S'il n'y a aucune confiance, donnant l'aide est inefficace et insignifiant. Le projet est petit et l'argent va directement chez les gens. Et c'est un projet durable, il améliorera la vie et les conditions de travail. Les gens doivent aider à construire, maintenir, entretenir et être responsables du Centre; ils doivent prendre des décisions collectivement, prenant en compte leurs traditions, coutumes, les normes et les valeurs. Ils doivent assurer que le Centre continue à exister dans l'avenir sans (trop d'aide de ) nous. Évidemment, tant Walanta que Taflist seront responsables de dépenser l'argent et le progrès du projet. Au moins une fois par an, un des membres du conseil visitera le Mali (à ses propres frais) pour vérifier le progrès du projet.
 
Le projet.
Le projet est créé et est exécuté par habitants. Ils aident avec la construction du Centre. Le Centre est construit avec les briques de ciment ; la façon traditionnelle de construction avec les pierres d'argile est moins chère, mais exige beaucoup de maintien et le risque de l'écroulement est haut. Il y a trois classes avec des portes et les fenêtres de métal. Alors encore 2 ateliers sont nécessaire; qui sera des espaces entrouverts, couverts. 
Six latrines seront nécessaires; 3 pour garçons et 3 pour filles.
Il y a un bureau des fonctions pour le directeur, cela agit aussi comme l'entrepôt de matériels. L'école ne peut pas agir sans une gardien et donc une petite maison de garde doit être construisent. Parce que la distribuiton d'électricité n'est pas comme l'écurie, il sera utilisé économe. Il sera meilleur d'installer et utiliser des panneaux solaires.
 Les coûts pour l'achat du terrain de 400 m ² seront 8,000 € et la clôture (incluant la porte de fer) coûte 7,000 €. Le coût pour une salle de classe est environ 7,000 € et une atelier coûte 6,000 €. Ajoutez-y les coûts de l'intérieur, les matériels pédagogiques, des salaires, des panneaux solaires etc. Les bureaux scolaires et les chaises seront localement fabriqués.
Les machines et les outils seront achetés au Mali (pour réprimer des coûts de transport). Le matériel de cours, en consultation, sera acheté ou composé. Les salles de classe seront utilisées intensivement. Non seulement pendant la journée mais aussi le soir. Alors on peut opter de suivre des cours de formation, des cours d'alphabétisation, des cours dans les domaines de santé, l'hygiène, faire la cuisine ou des petites réparations du ménage. Aussi, des cours et des informations dans le domaine de l'agriculture, l'élevage d'animaux . Ou le français et l'anglais, la comptabilité, l'ingénierie, l'ordinateur etc. ; en réalité de quoi que ce soit qui est demandé par la population. . De cette voie tout le monde peut profiter du Centre. Le Centre devrait devenir une formation multifonctionnelle et un lieu de rencontre social.
 
Comment pouvez-vous aider ?
- Devenez un volontaire ; venez nous aider (à organiser) des activités et des événements
- Faire don une fois ou régulièrement
 
Chaque donation est bienvenue et vous pouvez transférer l'argent au compte rendu de Stichting Walanta, Rotterdam
                                                                                                                    IBAN : NL27INGB0005115120 BIC : INGBNL2A
- Faire don dans la sorte, par exemple accueillez notre site Web; payez ou imprimez nos prospectus, brochures, papier à lettres ou d'autre matériel imprimé
 - Faire don dans la sorte, p.e. accueillez notre site Web; payez ou imprimez nos prospectus, brochures, le papier à lettres ou d'autre matériel imprimé
- Parlez de Walanta à vos amis, famille et collègues, sur Facebook ou commencez un projet de Crowdfunding - Organisez un événement ou une action comme : un tournoi sportif, une course ou une promenade patronnée, une vente aux enchères, un concert avec votre choeur, une performance avec votre association de drame ou classe de danse.
- Action à école : rassemblez des bouteilles vides, faire de sport, cuisinez des biscuits ou gâteaux à vendre; en ouvrant et la vente de cartes de félicitations, une vente de garage, fait des bracelets ou des colliers à vendre, polissez les chaussures de professeurs ou parrainez les professeurs exécutant plusieurs tours autour de la cour d'école
- Demandez une contribution pour Walanta au lieu d'un cadeau pour votre anniversaire, mariage ou l'anniversaire
- Frappez-nous avec de bonnes idées